Banner Holder

Add to favorites Cesária Évora rss

Genre : Bossa Nova


Cesaria est née le 27 août 1941 à Mindelo. Sa mère Dona Joana, aimait mijoter des petits plats pour son mari et ses cinq enfants ; elle fut cuisinière pour les Blancs (les riches) qui affectionnaient particulièrement son tour de main. Elle aimait aussi la musique et les musiciens. D’une extraordinaire jovialité, coquette et attentionnée, elle fut toute sa vie la confidente de Cesaria. Le père de Cesaria, Justino da Cruz Evora, jouait du cavaquinho (petite guitare à quatre cordes), de la guitare et du violon. Il comptait parmi ses proches B. Leza, compositeur fétiche du Cap-Vert. Lorsqu’il décède, Cesaria a tout juste 7 ans.
 
Cesaria se remémore ses souvenirs d’enfance par bribes, elle réfère souvent à Eulinda, ancienne voisine et amie qui habitait à proximité du Lombo, le « quartier chaud » de Mindelo, port qui connût autrefois ses bordels à l’égal d’Amsterdam. La petite fille qu’était Cesaria avait cette manie de nouer des relations avec des personnes beaucoup plus âgées qu’elle qui lui « évitaient de prendre de mauvais chemins ». Cesaria fut confiée dans sa tendre enfance à sa grand-mère puis aux religieuses auprès desquelles elle apprit à détester tout carcan moral. 

Cesaria (Cize pour les intimes) fredonne souvent dans un large répertoire et elle se représente le dimanche dans le kiosque à musique de la grand-place, accompagnée de son frère Lela, saxophoniste. La vie de Cesaria est liée au quartier du Lombo investi autrefois par le corps expéditionnaire portugais. Elle y fit ses classes de vie et de chant aux côtés du compositeur Gregorio Gonçalves, personnage charismatique, passionné de théâtre de rue.
 
A 20 ans, Cesaria est invitée à chanter pour la Congelo (compagnie de pêche fondée avec des capitaux locaux et portugais) ainsi elle prend part, rayonnante, à des soirées privées de notables. On lui sert un dîner en guise de rémunération et à l’aube, elle redevient une femme comme les autres. Cesaria met en avant une carapace faite d’indifférence et d’obstination. Elle rencontre un musicien, plus âgé qu’elle, Eduardo qui se révèlera être son premier grand amour et lui permettra de chanter à Radio Mindelo.
 
Sa réputation s’étend alors vers les îles voisines. Mindelo bourgeonne de bars et Cesaria fait du Café Royal son repaire et entre deux SG, les cigarettes portugaises, elle entonne des mornas pour les coopérants, avocats, commerçants, aventuriers, marchands de poulets et fonctionnaires portugais. Eduardo embarque pour les horizons européens. Cesaria est malheureuse alors elle chante dans les bars et sur les bateaux.
 
Dans les années 60, João Mimoz, un commerçant qui possède un petit magnétophone enregistre deux de ses chansons et envoie la bande au Portugal pour en faire un 45 T. L’année suivante, Frank Cavaquim décide d’en produire un deuxième mais c’est un double échec cuisant. 

En 1975, le Cap-Vert vit les répercussions de l’Indépendance et Cesaria cesse de se produire en public, plongeant dans une longue période de dépression. Ce mutisme durera une dizaine d’années. Mais la chance tourne et au début des années 80, le PAIGC (parti au pouvoir) crée son organisation de femmes : l’OMCV. Dans ses rangs, on y trouve nombre de militantes marxisantes dont Isaura, pharmacienne et amie de longue date de Cesaria qui, en 1985, concourt à monter un spectacle en hommage à Cesaria, destiné à faire sortir de l’indigence celle que beaucoup considèrent comme « la Voix du Cap-Vert ». Mais Cesaria vit cette expérience comme une vexation : elle récolte des peaux de chagrin. Isaura impose alors sa participation à la délégation des chanteuses capverdiennes qui partent à Lisbonne enregistrer un album qui restera confidentiel. 

En 1987, le grand chanteur Bana, lui propose, ainsi qu’à d’autres artistes capverdiens, de se joindre à lui pour effectuer une série de concerts aux USA dans la communauté capverdienne du New-Jersey. La tournée connaît des hauts et des bas, les relations sont parfois difficiles entre Cesaria et Bana. De retour à Lisbonne, elle consent toutefois à se produire quelque temps dans le restaurant que possède Bana, une manière de payer son billet de retour. C’est là, alors qu’elle chante dans ce restaurant, qu’elle rencontre José da Silva, qui deviendra son mentor et producteur attitré. Nous sommes à la fin de l’année 1987, José a le coup de foudre pour cette voix sublime. Il propose à Cesaria de venir à Paris faire un disque : elle a 47 ans et n’a plus rien à erdre, elle ne connaît pas Paris, elle dit oui. Le voyage est organisé pour l’année suivante. A Paris, pour l’enregistrement de l’album La diva aux pieds nus, José a engagé quelques uns des musiciens capverdiens les plus réputés : Luis Morais, Paulino Vieira, Manu Lima… Pour célébrer la sortie du disque, un concert est organisé au club Le New-Morning, le 1er octobre 88. La salle est à moitié pleine, mais un titre Bia Lulucha, une coladera aux accents de zouk, fait un petit succès dans la communauté capverdienne. José est obstiné. Il sait que la chanteuse a du talent : il décide, en 1990, d’enregistrer un deuxième album, Distino di Belita, comprenant des mornas acoustiques et des coladeras électriques. » 

A cette époque, Cesaria faisait de nouveau la tournée des bars, empochant ça et là quelques billets. Il faut bien gagner sa vie : elle a ses deux enfants, et sa mère dont la vue décline, à sa charge. La petite famille habite à Mindelo une maison délabrée, au n°7 de la rue William Du Bois, près du port. François Post, alors attaché presse de la société discographique Mélodie (qui concourut à sa reconnaissance internationale) se rappelle cette odeur d’eau croupie, une luminosité réduite à une ampoule par pièce suspendue dans le vide, des citernes d’eau accumulées et un petit chat noir, « mais elle était d’une gentillesse incroyable, elle avait un coeur immense ».
 
L’album Distino di Belita n’a pas rencontré le succès, pourtant il a été repéré par quelques professionnels, comme Christian Mousset, le directeur du Festival Musiques Métisses d’Angoulême. François Post convainc José de réaliser un album uniquement acoustique et Cesaria revient en France, fin mai 91, pour l’enregistrer. Le 2 juin, elle se produit à Angoulême, et le 7, à Paris, au New-Morning. Les deux concerts, s’ils ne suscitent pas encore l’affluence, éveillent l’intérêt de la presse spécialisée (premier article dans Libération). En octobre sort l’album Mar Azul, qui est immédiatement programmé sur les radios FIP et France Inter. Un nouveau concert est prévu le 14 décembre au New-Morning. Un public, en majorité européen cette fois ci, l’acclame dans une salle archi comble. Véronique Mortaigne écrit dans Le Monde “Cesaria Evora, la cinquantaine bien vécue, chante la morna avec une dévotion canaille... (elle) appartient à cette aristocratie mondiale des chanteuses de bar”. La légende commence à se forger. 

Après Mar Azul, le buzz médiatique s’amplifie. José da Silva, confiant, décide de s’engager dans la production d’un album plus ambitieux, Miss Perfumado, qui sort en octobre 92 (avec plus de 300.000 copies vendues à ce jour en France, beaucoup le considère comme le chef d’oeuvre de Cesaria - Miss Perfumado a été nommé aux Grammy Awards après sa sortie américaine, en 1999). L’album est réalisé par José da Silva et Paulino Vieira, le pianiste inventif de ses débuts. Il contient quelques unes des plus belles chansons de son répertoire, dans la meilleure tradition capverdienne : Sodade, Angola, Lua nha Testemunha et bien sûr la morna de B. Leza, Miss Perfumado.
 
La presse s’enflamme pour cette voix hors norme et va jusqu’à la comparer à Billie Holliday. Tout ce qui deviendra « la légende de Cesaria » s’étale à longueur de colonnes : son goût immodéré pour le cognac et le tabac, son existence difficile dans des îles oubliées, les douces nuits de Mindelo…
 
En juin 1993, Cize remplit L’Olympia (deux concerts à guichets fermés les 12 et 13 juin) et entame sa première grande tournée internationale … « Alors je me suis mise à chanter pour de bon […] Je ne crois pas au rêve, ni au destin […] Ce qui me ravit aujourd’hui, c’est le bonheur d’avoir traversé toutes les souffrances pour mieux vivre ce que je vis maintenant. Chez nous, on dit qu’il vaut mieux boire le fiel d’abord et le miel ensuite. Maintenant, je bois du miel. » 

Laisser un commentaire

Pour poster un commentaire vous devez être membre d'Israstage. Pour vous inscrire (gratuit) cliquez ici: Inscription
Loading...
Please wait...